Pourquoi le Football des Graves ?

Histoire de l' Olympique de Cérons

En 1905, création du premier ensemble sportif par l'Abbé GASTON, son court passage à Cérons avait donné l'essor à la "Ruche Céronnaise" comprenant un gymnase et un petit terrain de football face à la gare dont le président était Mr Elie LATASTE.

Il fallut attendre 1923 pour voir le "Ballon Rond Céronnais" sous la houlette de Mr Maurice LAVIE. Les rencontres se déroulaient à l'Emigré et les joueurs étaient vêtus de jaune et noir. Les installations ont trouvé refuge sur une luzernière appartenant à Mr LATASTE.

En 1927, naissance de l'Olympique de Cérons. Les vrais mordus étaient Georges TACHON, Max EXPERT, André PICHAVANT, Edgar MANO et André LABEYRIE.

Le parrainage étant une tradition à l'époque, ce fût le club du Lille Olympique Sporting Club (Ligue 1) qui devint parrain du club.

Dans la meilleure tradition des troisièmes mi-temps ou chacun confirme qu'il vaincra parce qu'il est le plus fort, de nombreux et émérites présidents ont maintenu les flambeaux afin que perdure les couleurs bleues et blanches (Georges TACHON, Jean TEILLAGORY, Marc BROUSSIGNAC, Raymond CASTAING, Pierre DUPOUY, Claude BARTHE, Jean-Patrick SOULE, André PALLARUELLO, et bien d'autres encore).

Dans ce long parcours, il a connu des fortunes diverses, alternant le bon et le moins bon, dans la logique de la glorieuse incertitude du sport. Si l'esprit de clocher s'est quelque peu atténué, le Club n'en affirme pas moins sa double volonté de la pratique du sport de loisir et de compétition. Gagner doit être le but désiré ardemment, mais pas à n'importe quel prix. Ce qui est recherché avant tout, c'est d'amuser les jeunes sur un stade, de les faire courir et de leur conserver une santé par le sport.

De magnifiques et fonctionnelles installations de la Plaine des sports Georges TACHON, entretenus par la Municipalité et le club, favorisent ce projet. Beaucoup (mais pas assez) de bénévoles œuvrent anonymement en donnant le meilleur d'eux-mêmes. L'encadrement, difficile actuellement, reste de qualité sachant que les bonnes volontés sont sans cesse recherchées.

Le fonctionnement du club est financé par une subvention communale non négligeable, mais aussi par la vente de cartes de membres, les cotisations des licenciés et par les sponsors. Il ne faut pas oublier les tournois, la course pédestre, les concours de tarot et bien d'autres suggestions qui ne demandent qu'à devenir réalité.

Le siège se situe à la Plaine des Sports depuis 1991. L'esprit Olympique existe et tous ensemble sachons le préserver et le perpétuer en regardant l'avenir avec confiance.

 

 

 

L'ECOLE DE FOOTBALL DE L'OLYMPIQUE DE CERONS

Elle propose aux enfants (garçons et filles) de notre village et des communes avoisinantes, la pratique du football, dès l'âge de 6 ans, et elle est dirigée par Olivier GODIN.

Le mercredi après-midi, lors des entraînements et le samedi après-midi au cours des rencontres sportives, le football sport dont les vertus pédagogiques ne sont plus à démontrer, sert de facteur d'intégration et d'épanouissement pour les enfants qui dans le respect et la connaissance des autres partagent les bienfaits d'une saine camaraderie et font l'apprentissage de certaines valeurs éducatives et sportives.

UNE REGLE : « d'abord jouer »

UNE LIGNE DE CONDUITE : la recherche pour l'enfant d'une pratique motivante faite de situations simples et complexes pour autant d'expériences de réussite permettant à l'enfant de prendre confiance.

EXPLIQUER – DEMONTRER – ENCOURAGER : Et doit rester la démarche des éducateurs au club auprès des enfants qui composent les différentes catégories d'âges.

..Plus qu'un Club, un esprit de Famille...

Nos motivations

En 2010 le RC Podensac et l’Olympique de Cérons ont donné naissance à l’Avenir des Graves en réunissant leurs écoles de football. Ce groupement a pour vocation de mutualiser nos forces afin de pouvoir développer un projet éducatif et sportif ambitieux pour nos jeunes.

Dés la création de l’Avenir des Graves nous avions, bien évidemment évoqué la possibilité d’une fusion qui nous semblait, déjà, la suite logique de ce projet majeur.

Notre projet ambitionne à terme de doter nos deux communes d’un club référent au cœur des graves.

Présentation

Le projet consiste à créer un club unique sous le nom de Football Club des Graves destiné à regrouper l’ensemble des licenciés de l’Olympique de Cérons et du Racing Club de Podensac.

Pour cela, nous vous invitons à participer à tourner une grande page de l’histoire du football de Cérons et Podensac, en vous proposant d’écrire le nouveau chapitre en adhérant à notre projet pour ce club .

Fort des deux années d’expérience avec l’Avenir des Graves, groupement de nos deux écoles de football, nous pensons fermement qu’il est possible de créer un club avec une dynamique positive pour nos communes.

Le football est aujourd’hui un vecteur social et économique important pour notre société, il peut être un véritable atout pour les communes où réside un club ayant comme objectif l’éducation et la formation.

Nos élus nous montrent le chemin avec les Communautés De Communes et nous conseillent même cette mutualisation des moyens humains , structurels et financiers. Socialement un club de football fédère les habitants, offre une activité aux jeune permet à la population de se rassembler derrière un projet commun intéressant avec l’implication et l’aide de tous les secteurs économiques de l’agglomération.

 

Projet

« Consolider et Développer l’identité locale »

Dés la saison prochaine, nous souhaitons consolider le niveau de l’équipe 1 en R2 en développant cette identité locale et conservant cette

« Esprit de famille » Titre de notre projet.

Cette identité nous servira à créer de solides fondations sur lesquelles nous construirons la progression sportive de nos équipes.

Nous pensons très sincèrement que le fruit de notre formation permettra aux joueurs de « nos campagnes » d’acquérir  le potentiel pour évoluer à des niveaux supérieur.

L’avantage de cette politique est de pouvoir donner une véritable identité à un groupe issu d’un même secteur, se battant pour les mêmes couleurs avec pour objectif d’écrire de nouvelles pages dans l’histoire du football de ce nouveau club.

 

Citoyenneté et Football

L’idée de notre Club est de créer un lieu ouvert à tous les enfants souhaitant pratiquer le Football de manière structurée et organisée.

                                   - Licenciés

                                   - Tout milieu social, la diversité étant une richesse

                                      « Des valeurs éducatives avant tout »

 

Nos désirs

De créer des vocations et d’inculquer aux enfants des valeurs éducatives, morales et sportives.

Susciter des vocations liées à l’encadrement de la pratique des jeunes ( formation d’éducateurs, d’arbitres, de dirigeants ….)

Via le partenariat « entreprise » rapprocher la jeunesse du monde de l’emploi.

  

Peut-être seront-ils les grands Entraîneurs, Joueurs, Arbitres, Présidents de Demain…

 

En résumé

Nous espérons que notre projet aura retenu toute votre attention et qu’il vous aura démontré notre enthousiasme, notre dynamisme, mais surtout notre amour du football en général et plus particulièrement de nos clubs.

Nous souhaitons montrer aujourd’hui, et dans le futur, qu’il est possible de faire de Grandes choses avec l’envie, du travail mais surtout de l’entraide entre toutes les composantes.

Vous trouverez dans ce projet de fusion toute notre motivation pour la pérennisation du football en milieu rural, avec la richesse, l’expérience et l’historique de tous, qui se proposent aujourd’hui d’unir leurs forces.Mais sachez que nous n’inventons rien car du début du siècle à 1947 il existait un club pour les deux communes.

racing2.jpeg
 olc3.jpg

Histoire du Racing Club de Podensac

 

 Le football prend racine à Podensac en 1947 , et va succéder au rugby grâce à l'initiative d'un excellent joueur de foot de village , Mr Henri FURT , entraîneur joueur du RCP.

 

Un Podensacais de souche et qui jouait dans une équipe voisine.

Un brin de nostalgie , une question : pourquoi le foot n'aurait-il pas droit de cité au chef-lieu du canton.

Un terrain herbeux, bosselé pour le jeu, le château d'eau comme vestiaires, une équipe de copains, la compétition sportive commence, le public répond présent .Le petit poucet a chaussé ses bottes, ce n'est pas pour faire de la figuration. Les résultats probants ne se font pas attendre.

 Le devenir du Racing doit être assuré et des bénévoles participent à sa bonne marche. La commune prend ses responsabilités , le terrain est aménagé et clôturé : progressivement les structures adéquates se mettent en place. Le Racing progresse et devient vite l'un des clubs phare de notre District Sauternais et Graves, avec comme priorité, la formation des plus jeunes où règnent l’amitié, la confiance, la sérénité, en conclusion.

Ainsi est né le Racing Club et son esprit de famille…

La première équipe en 1947, encadrée par le Président Hart.

Henri Furt, né en 1918, se souvient de la naissance du Racing-Club. C'est en grand passionné, comme pour tout ce qu'il a fait dans sa vie, qu'il en parle avec un brin d'émotion dans la voix : « De retour de l'armée, j'ai passé mon diplôme d'entraîneur de football de la Fédération française, avec tous les professionnels de la région à Talence », débute-t-il.

 Âgé de 27 ans, il intègre l'équipe de Cérons du président Tachon comme entraîneur-joueur. Un différend sur le choix d'un joueur lors d'un match contre Bègles, va le faire s'opposer au président et, restant sur ses positions, il quitte le club.

Libre, il est contacté par Sainte-Croix-du-Mont, mais préfère répondre à la sollicitation de quelques amis décidés à implanter le football au pays de l'ovale, à Podensac. C'est ainsi que l'idée germe très rapidement.

L'aventure du Racing Club débute avec l'aide des rugbymen.

Pas d'argent, mais la fougue de la jeunesse : nous sommes en 1947, une équipe de copains est rapidement recrutée, avec, entre autres, les Lafosse, Avril, Dubéarn, Courbin, Larrieu, Blaise, Minvielle, Jean, Lamaison.

Mais le nerf de la guerre manque, il faut trouver les moyens.

Le rugby est en sommeil. Les « pousse-citrouilles », comme se plaisait à les appeler Ritou Cazeaux, rugbyman inconditionnel des années 40, récupèrent le terrain et les vestiaires au bas du château d'eau Le Corbusier.

 « Je suis allé voir Bédouret, président du rugby, qui nous a gentiment donné les maillots des rugbymen. Les buts ont été offerts par M. Tissot et les filets achetés à crédit à Gallice et Zwiateck », se souvient-il. « Quant aux déplacements, nous attendions que la charcuterie Cazeaux revienne de ses marchés aux cochons du dimanche, et après voir nettoyé le camion et installé des bancs, il nous amenait », ajoute t-il.

Le président Harté, entouré de bénévoles et soutenu par le maire Moreau, prend les guides de ce club « nouveau né ».

Joueur entraîneur du Racing pour le « franc symbolique », son diplôme doit être annuellement validé par des stages de perfectionnement obligatoires au sein de la Fédération. Mais, n'ayant pas eu les « moyens de s'absenter dix jours », le 9 novembre 1957, un courrier signé Pierre Delaunay, secrétaire général de la Fédération le sanctionne.

Le contrat d'entraîneur n'est pas renouvelé et une amende de 20 000 francs (de l'époque) lui est infligée pour ce manquement.

Malgré la possibilité d'un rattrapage, assommé par cette sanction il décide, cette même année 1957, de raccrocher définitivement les crampons pour se lancer dans une carrière de chanteur fantaisiste, dans laquelle il excelle et côtoie les plus grands de la chanson française et du spectacle de cette époque.

Il donne également beaucoup de son temps au tennis en Ligue de Guyenne, qui lui témoignera sa reconnaissance.